La composition isotopique du calcium du système solaire déduite des échantillons de Ryugu

Dans une étude publiée en octobre dans la revue Geochemical Perspectives Letters, une équipe de cosmochimistes de l’IPGP utilise une instrumentation de pointe financé par le DIM ACAV+ pour analyser finement la composition isotopique du calcium de ces échantillons.

Moins de deux ans après le retour des échantillons de l’astéroïde Ryugu sur Terre par la mission japonaise Hayabusa2, de nouvelles études internationales affinent les résultats préliminaires.

Grâce à son spectromètre de masse à source Plasma équipé d’une cellule de collision financé par la région Île-de-France, via le programme DIM ACAV+ , premier instrument de ce type installé en France, l’IPGP est actuellement le seul laboratoire au monde capable d’effectuer actuellement des mesures ultra précises de composition isotopique du calcium sur des quantités infimes d’échantillons.

L’équipe de l’IPGP a ainsi montré que la signature isotopique du calcium des échantillons de Ryugu était similaire à celle des météorites de type Ivuna et permet donc de remonter à la signature isotopique du calcium initiale du système solaire.

L’étude montre également que l’enrichissement en calcium initialement mesuré était dû à un excès de minéraux carbonatées dans les échantillons de Ryugu. La formation de ces minéraux carbonatées coïncide avec un épisode majeur d’altération aqueuse sur l’astéroïde Ryugu 5 millions d’années après la formation du système solaire, il y a donc plus de 4560 millions d’années.

Échantillon de l’astéroïde Ryugu (ISAS/JAXA)

Mots-clés